Actualités

10/07/2014

Travaux Chalaronne


Des travaux de diversification des écoulements et des habitats de la Chalaronne aval ont été réalisés.

Des travaux de diversification des écoulements et des habitats de la Chalaronne aval ont été réalisés sur les communes de Saint-Etienne-sur-Chalaronne et Saint-Didier-sur-Chalaronne.

Cette action a pour but de redonner une dynamique naturelle à la rivière avec des techniques végétales peu coûteuses.

Ces aménagements vont offrir une plus grande diversité d'écoulements et d'habitats pour les différents occupants de la rivière, notamment pour les poissons.

Ces travaux ont été effectués sur 5 secteurs différents de Chalaronne que nous allons présenter de l'amont vers l'aval.

 

  • Lieu dit Les Ilons (Saint-Etienne-sur-Chalaronne)

Sur ce secteur à l'aval du barrage des Ilons, une portion de 150 mètres de Chalaronne était rectiligne avec des écoulements uniformes. Il a été choisi d'implanter 10 peignes en branchage.

Ces peignes sont composés de branches et de troncs d'arbres prélevés sur place, ils sont maintenus par des pieux et des câbles.

Ils font environ 1 mètre de large pour une longueur équivalente à la moitié du lit de la rivière et sont disposés le plus souvent en alternance et  prependiculairement au courant.

(Mise en place des pieux premettant la fixation de peignes)

  • Lieu dit Les Tourterelles (Saint-Etienne-sur-Chalaronne)

Sur ce secteur présentant les mêmes caractéristiques que le secteur abordé juste avant (150 mètres de Chalaronne rectiligne avec des écoulements uniformes), il a également été choisi d'implanter 10 peignes en branchage.

(Un peigne fini sur le secteur des Tourterelles)

  • Lieu dit Tallard (Saint-Etienne-sur-Chalaronne)

Sur ce secteur, à l'aval du barrage de Tallard, présentant les mêmes caractéristiques que les secteurs précédents (150 mètres de Chalaronne rectiligne avec des écoulements uniformes), il a été choisi d'implanter un important épi inversé en bois. Cet ouvrage, occupant quasiment la totalité du lit de la rivière et constitué de troncs disposés en éventail face au courant, va modifier la morphologie de la rivière et permettre un reméandrage. Les troncs utilisés pour cet épi ont été prélevés à proximité et font jusqu'à 15 mètres de long ; ils sont maintenus par des gros câbles en berge et des pieux dans le lit.

(Epi inversé vu de l'amont)

  • Au niveau du plan d'eau Charles Bailly (Saint-Etienne-sur-Chalaronne)

Au niveau du plan d'eau Charles Bailly, en rive gauche de la Chalaronne, de grosses érosions de berge ont été observées. Afin de limiter ces dernières qui entrainent des effondrements de terrain dans la rivière, 3 radiers de pieux ont été implantés. Ces aménagements sont composés de plusieurs centaines de piquets plantés très proches les uns des autres afin de pouvoir capturer des galets. Avec une apparence de dos d'âne, ces aménagements vont permettre de renvoyer les courants sur la berge opposée et donc de stopper le processus d'érosion.

(Radier de pieux avant le remplissage de galets)


(Radier de pieux après le remplissage de galets)

  • Lieu dit La Bourrassière (Saint-Didier-sur-Chalaronne)

Sur ce secteur à l'aval du passage à gué de Tallard,  la rivière était très peu profonde et rectiligne sur 300 mètres linéaires. Afin de reméandrer le lit de la rivière et de recentrer les écoulements, une vingtaine de peignes en branchage ont été implantés. Ils sont légèrement plus long que sur les 2 premiers secteurs étant donné que la rivière est plus large sur cette zone.

(Alternance de plusieurs épis en branche dans le lit de la Chalaronne)